Menu secondaire

Renseignements généraux sur les postes en administration électorale

Les emplois liés aux élections fédérales se répartissent entre le personnel directement rattaché à Élections Canada et l'équipe que recrute le directeur du scrutin de chaque circonscription lors d'une élection ou d'un référendum. Élections Canada est responsable de l'administration électorale à l'échelle nationale tandis que le directeur du scrutin s'occupe de l'administration du processus électoral dans sa circonscription.

Personnel d'Élections Canada

Élections Canada emploie normalement quelques centaines de personnes à son bureau et à son centre de distribution à Ottawa. Ces employés planifient et préparent les scrutins, et produisent les rapports exigés par la Loi électorale du Canada.

Lors d'une élection générale, Élections Canada embauche plusieurs centaines d'employés supplémentaires qui travaillent pendant toute la période électorale, qui dure au moins 36 jours. Toutefois, certains d'entre eux peuvent demeurer en poste quelques semaines ou quelques mois de plus, selon les projets auxquels ils sont affectés. Les employés supplémentaires travaillent notamment, à partir du bureau d'Élections Canada à Gatineau, au soutien des directeurs du scrutin, à la logistique électorale, aux communications avec les électeurs ou, après l'élection, à des études qui découlent du scrutin et à la préparation de rapports.

Personnel des directeurs du scrutin

Le directeur du scrutin, nommé par le directeur général des élections, embauche en moyenne 500 personnes lors d'une élection. Les employés du directeur du scrutin se divisent en deux groupes : le personnel de bureau et les fonctionnaires électoraux.

Personnel de bureau

Avant une élection, le directeur du scrutin sélectionne le personnel de bureau – que l'on appelle « personnel clé » –, mais ne l'embauche qu'au déclenchement de l'élection. Les membres du personnel de bureau s'occupent de tous les préparatifs nécessaires au bon déroulement du vote et offrent les services de révision et de vote par bulletins spéciaux.

Fonctionnaires électoraux

Les fonctionnaires électoraux travaillent principalement dans les lieux de scrutin (c'est‑à‑dire les endroits où l'on vote). Il y a différents postes offerts allant du scrutateur qui manipule les bulletins de vote au préposé à l'information qui dirige les électeurs vers la table appropriée. Lors d'une élection, les fonctionnaires électoraux sont en première ligne et permettent aux électeurs de voter de façon ordonnée.

Processus d'embauche des fonctionnaires électoraux

Le directeur du scrutin est responsable du recrutement des fonctionnaires électoraux de sa circonscription. Il doit toutefois respecter la Loi électorale du Canada (LEC) qui stipule que la priorité d'embauche sera accordée aux personnes dont le nom figure sur les listes fournies par le candidat du parti enregistré dont le candidat s'est classé premier pour les postes de scrutateurs; aux personnes dont le nom figure sur les listes fournies par le candidat du parti enregistré dont le candidat s'est classé deuxième lors de la dernière élection pour les postes de greffiers; et aux personnes dont le nom figure sur les listes fournies par les candidats des partis enregistrés dont les candidats se sont classés respectivement premier et deuxième pour les postes d'agents d'inscription.

Pendant un scrutin, ces candidats ont jusqu'au 24e jour avant le jour du scrutin pour recommander au directeur du scrutin des personnes aptes à exercer ces fonctions (en vertu de l'article 36 et du paragraphe 39(3) de la LEC). Si le directeur du scrutin ne reçoit pas un nombre suffisant de noms, il peut alors embaucher des personnes à partir d'autres sources. Les personnes intéressées à travailler comme fonctionnaires électoraux doivent posséder les qualifications et les compétences nécessaires, lesquelles sont énumérées sous la section Postes disponibles pour travailler les jours de scrutin.

Personnes inadmissibles

Les personnes suivantes ne sont pas admissibles aux postes de fonctionnaires électoraux : les personnes qui n'ont pas qualité d'électeur; les ministres fédéraux ou les membres du conseil exécutif d'une province; les sénateurs; les députés fédéraux, provinciaux, territoriaux en fonction; certains juges; les personnes qui se sont portées candidates à la dernière élection générale ou à une élection partielle ayant été tenue depuis la dernière élection générale; les parlementaires qui ont participé à la session parlementaire précédant l'élection ou à la session en cours au moment du déclenchement de l'élection; ainsi que les personnes déclarées coupables d'une infraction à une loi relative aux élections fédérales, provinciales, municipales ou scolaires, ou à la Loi référendaire, dans les sept dernières années (en vertu des paragraphes 22(3), 22(4) et 22(5) de la LEC).

Info connexe